Insertion d’un article dans une thèse en littérature comparée : les enjeux d’un emboîtement

Anis Baghi

Cet article est issu d’une communication proposée par Anis Baghi lors de l’atelier des doctorant.e.s de la SFLGC du 13 décembre 2023 – “Valoriser son travail de recherche quand on est doctorant.e ou jeune chercheur.se. De la communication à l’article”

Le lien qui s’établit entre la rédaction d’un article et la rédaction d’une thèse est bilatéral : le chercheur peut reprendre une idée déjà développée dans la thèse pour en faire un article, ou bien y insérer un sujet qui n’était pas envisagé en amont dans le plan initial de son travail doctoral. La rédaction d’un article permet en premier lieu d’apporter un point de vue plus approfondi sur un sujet, et par là, peut mener le chercheur à établir des liens entre des éléments a priori distincts dans sa thèse. Or, la principale difficulté réside dans les axes de recherches supplémentaires à développer, ainsi que dans les modifications et les impacts que ces ajouts engendrent sur l’organisation du travail. Au-delà de ces questions réflexives et stratégiques, le chercheur doit être vigilant par rapport à la question de l’auto-plagiat, dont les frontières restent assez floues.

C’est sur cet ensemble de questions que je me pencherai pour évaluer les enjeux de cet emboîtement, en m’appuyant sur deux exemples d’articles que j’ai rédigés. Avant d’évoquer ces articles, je présenterai brièvement le sujet de ma thèse en littérature comparée : sans cela, les exemples pourraient être incompréhensibles.

Le sujet de ma thèse de doctorat explore la notion d’engagement aux époques post-Mai 68 et post-Révolution iranienne de 1979. Le comparatisme de mon approche consiste en l’analyse de deux corpus littéraires distincts, à savoir le corpus romanesque français et le corpus romanesque persan (mon corpus persan se divise en deux parties, celle des ouvrages critiques envers la Révolution islamique et celle des ouvrages pro-révolutionnaires). Tout au long de ma thèse, je mets en rapport les romans français et persans pour en dégager les différentes figures d’engagement littéraire en tenant compte, entre autres, de « la transcription de l’histoire1 » par rapport à la conjoncture sociale, historique et politique.

En raison de l’écart littéraire qui sépare les deux pays cités, que ce soit au niveau de la forme ou du contenu, de nombreuses questions présentes dans l’un des corpus idiomatiques sont logiquement absentes dans l’étude de l’autre corpus. Ainsi, certains articles que j’ai écrits, y compris ceux que je vais présenter par la suite, n’analysent que l’un des deux corpus et sortent d’une optique purement comparatiste. Par ailleurs, je m’éloigne parfois des axes centraux de ma thèse comme, par exemple, celui de l’engagement ou de la socio-critique, pour aborder d’autres questions se situant autour de mon corpus. Cela n’est sans doute pas la meilleure manière de se focaliser sur la thèse, mais il est connu pour tous qu’il n’est pas toujours aisé de trouver des appels à communications ou à contributions en rapport direct avec le sujet principal de la thèse, d’où la raison de ces écarts thématiques.

Le premier article à partir duquel je compte illustrer mes propos concerne la question de la propagande dans la littérature pro-révolutionnaire iranienne2. J’y étudie les stratégies politiques et culturelles du nouveau régime iranien en tant que tentative de propagande. Dans cette perspective, les romans, écrits sous une forme nommée le « réalisme islamiste3 », s’avèrent être un des moyens de la prolifération des nouvelles valeurs révolutionnaires. J’y fournis quelques exemples d’« écrivains organiques » que je définis ici comme des écrivains qui prennent une position idéologique identique à celle du régime politique en place et qui cherchent à présenter une image salvatrice de la Révolution.

Par la suite, le problème consistait à savoir comment je devais intégrer la question de la propagande de type islamique dans ma thèse et dans quelle partie. Il va de soi que cette littérature pro-islamique ne partage pas de ressemblance avec la littérature qui met en avant l’époque de Mai 68, marquée par ses revendications autour de la libération sexuelle et des mœurs et un contexte d’émergence diamétralement opposé. D’ailleurs, la structure de cette littérature pro-révolutionnaire, qui se rapproche de celle du roman à thèse, privilège une mise en fiction de l’Histoire qui s’inscrit dans une vision linéaire, non problématique, avec des structures dichotomiques et antagoniques, narrées dans une forme simple et lisible. Cela entre en opposition avec le corpus français et une partie du corpus persan, dans lequel la vision critique de l’histoire se traduit via une narration morcelée, non linéaire et fragmentée.

Au lieu de la considérer comme un obstacle, c’est justement sur cette différence que je me suis appuyée pour analyser la reconfiguration narrative, en prenant en compte les différentes visions de l’Histoire. En effet, cette recherche de différences est primordiale dans les études comparatistes. Elle s’inscrit dans la perspective « différentielle4 », telle que proposée par Ute Heidmann, et permet de construire une relation dialogique pour mettre en avant les liens entre des éléments qui ne partagent pas de ressemblance. Ainsi, la reprise de l’idée développée dans cet article était, en fin de compte, un atout qui m’a permis de mettre en avant les différences au sein de mon corpus, et d’en expliquer plus amplement les raisons dans ma thèse.

Dans un autre article concernant la ville insurgée5, j’ai travaillé sur un sujet qui, de prime abord, n’était pas en rapport avec la question de l’engagement. Le cas de cet article est intéressant car il m’a finalement permis de penser la question de l’espace et de son rapport avec la notion de l’engagement, éléments qui se sont avérés significatifs dans l’analyse des ouvrages de mon corpus persan. Dans cet article, je me suis appuyée sur la littérature de Mai 68 pour analyser la question de l’espace dans la représentation de l’insurrection. Si, dans l’imaginaire des écrivains français que j’ai étudiés, la représentation de l’espace insurgé est liée au mythe de la régénération, j’ai réalisé que, dans une des deux parties de mon corpus persan, celle qui s’oppose à la littérature pro-révolutionnaire par son regard critique, cet espace insurgé est le moyen symbolique d’une prise de position critique. En effet, les scènes qui décrivent les lendemains de la Révolution islamique mettent en avant un espace renouvelé, régénéré par l’autorité (par les slogans qui s’effacent, les murs que l’on repeint, etc.), ainsi que des scènes qui entrent en opposition avec l’état du personnage. Ce dernier se retrouve coincé dans le passé et n’arrive pas à tourner la page pour faire le deuil des promesses révolutionnaires non tenues. Sans cet article, et sans les lectures que j’ai menées sur la question de l’espace, je n’aurais sans doute pas écrit sur cette forme de regard critique propre à une société où domine la censure.

Ainsi, la rédaction d’un article et la réflexion approfondie que le chercheur y apporte peuvent créer des ponts et des liens de connexions entres les éléments qui appartiennent à des littératures et à des contextes différents qui n’étaient pas supposés, de prime abord, être parmi les axes de réflexion de la thèse. Certes, l’insertion d’une nouvelle idée dans la thèse, au vu du désordre qu’elle peut apporter, présente toujours un risque. Outre cette question organisationnelle, l’articulation entre la rédaction d’un article et celle de la thèse soulève également des enjeux éthiques.

Le doctorant, docteur ou jeune chercheur peut se retrouver face à un dilemme. Il doit exister dans le domaine universitaire de sa spécialité et, pour cela, il a besoin de visibilité. Cette dernière va de pair avec une certaine injonction à la productivité en matière de publications, communications et autres contributions scientifiques. De ce point de vue, est-il légitime de reprendre des travaux antérieurs – comme un article – et de les insérer dans la thèse ? Si la première publication est limitée à un public restreint (revue payante, spécialisée, dans une langue en particulier), une seconde publication – en ligne ou dans une autre langue, par exemple – est-elle rendue légitime par le lectorat élargi qu’elle est susceptible d’atteindre ? Enfin, quelles sont les limites de l’auto-plagiat ?

Le COMETS, comité d’éthique du CNRS, a fourni des pistes de réponses à ces questions. Le comité définit l’auto-plagiat comme une forme plutôt « complexe6 » où l’auteur se trouve comme étant « le plagiaire de ses propres travaux7 ». Le fait de reprendre les contenus de ses recherches ou de leurs résultats, qui ont été « dévoilé[s] publiquement8 » et sans citer cette antériorité, relève de l’auto-plagiat. Le comité met en avant la question éthique et l’obligation que nous avons, en tant que chercheur, d’informer nos lecteurs – qu’ils soient éditeurs ou autres – de nos publications antérieures.

Concernant la complexité de ce cas de figure de plagiat dont il est fait référence dans une sous-partie intitulée « les ambiguïtés de l’auto-plagiat9 », le comité souligne que l’évaluation de l’auto-plagiat diffère de cas en cas. De ce fait, il s’abstient de donner un avis général qui englobe toutes les disciplines. Pour ce qui est des disciplines, telle que la nôtre en Sciences Humaines et Sociales (SHS), où la publication des articles avant la thèse est obligatoire, « on ne considère pas en général la publication de résultats sous différentes formes comme de l’auto-plagiat10 ». Même si le Comité précise que le manuscrit du chercheur « peut […] être partiellement redondant avec les publications, ce qui pourrait être assimilé à de l’auto-plagiat11 », leurs conclusions nuancent les faits. D’où l’usage du terme « pratiques de duplication12 », pour évoquer le cas des chercheurs qui travaillent sur un même sujet durant leur carrière.

Toujours en prenant en considération les différentes conditions de publications, Michèle Leduc, dans son article sur le plagiat, et sous des termes plus rassurants à propos des SHS, précise que : « la publication simultanée d’un même travail dans plusieurs revues, voire dans plusieurs langues, peut être considérée comme admissible si le public visé est complètement différent et la forme modifiée pour s’adapter à chaque public13 ». Même si, à l’évidence, les frontières ne sont pas très claires et délimitées, et que les règles peuvent changer, il ne faut pas que le chercheur évite la publication de ses articles retenus et amenés à se retrouver dans sa thèse, au risque de s’auto-plagier.

Cependant, les chercheurs doivent être attentifs aux intentions qu’on peut leur attribuer comme celle de la « tromperie délibérée14 ». En fin du compte, c’est sur la bonne foi et les intentions de l’auteur que reposent principalement les critères de jugement. Une note pour préciser une publication antérieure peut éviter tout malentendu. Un pacte de connivence est créé lors de la publication et la responsabilité en incombe à son démiurge. Les raisons valables doivent être légitimées par un but qui va au-delà du remplissage du Curriculum Vitae. C’est dans l’intérêt de la science et du lecteur que doit s’orienter un pareil type de travail.

Note biographique – Anis Baghi

Doctorante en cotutelle en quatrième année de thèse à l’université de Lille et l’université de Téhéran, ma thèse en littérature comparée a pour titre : « L’engagement et l’historicité romanesque dans le roman français et persan » et est réalisée sous la direction de Fiona McIntosh-Varjabédian et de Abbâs Farhâd Nejâd. Je suis chargée de cours à l’université de Téhéran (2020-2021) et à l’université de Lille depuis 2023.

1 Emmanuel Bouju, La transcription de l’histoire. Essai sur le roman européen de la fin du XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2006.

2 Anis Baghi, « La littérature postrévolutionnaire iranienne et le réalisme islamiste comme tentative de propagande », article en cours de publication dans les actes du colloque intitulé « ‘‘Le passé qui ne veut pas passer’’: la propagande au croisement des regards multiples (langues, littératures,traduction, arts) » qui a eu lieu le 12 et 13 juin 2023 à l’Université de Haute-Alsace.

3 Hossein Hâjari, Hossein Bayât, Seied Mohsen Hosseini, Perspective de la littérature de la Révolution islamique, Centre de recherche de Seda et Sima, Téhéran, 2008, p. 386.

4 Ute Heidmann, « Différenciation, dialogisme, diversalité. Paradigmes pour un comparatisme différentiel et plurilingue », Revue de littérature comparée, vol. 376, no. 4, 2020, pp. 487-497.

5 Anis Baghi, « Côté foule, côté rue : englober la ville pour écrire et raconter l’insurrection de Mai 68 », article en cours de publication dans les actes du colloque intitulé « Écrire l’insurrection à l’époque contemporaine (XIXème – XXIème siècles) », qui a eu lieu les 16 et 17 novembre 2023 à l’Université Bretagne-Sud.

6 Michèle Leduc, Lucienne Letellier, Antoinette Molinié, Nathalie Nevejans, Jean-Gabriel Ganascia, Rémy Mosseri, « COMETS AVIS 2017-34. Réflexion éthique sur le plagiat dans la recherche scientifique », 2017, p. 2.

7 Ibid., p. 6.

8 Ibid., p. 9.

9 Ibid., p. 10.

10 Id.

11 Id.

12 Ibid., p. 9.

13 Michèle Leduc, « Du plagiat sous toutes ses formes », Raison présente, 2018/3 (N° 207), p. 25-36. p. 34 DOI : 10.3917/rpre.207.0025.

14 Michèle Leduc, Lucienne Letellier, Antoinette Molinié, Nathalie Nevejans, Jean-Gabriel Ganascia, Rémy Mosseri, « Réflexion éthique sur le plagiat dans la recherche scientifique », op.cit., p. 9.

Journée d’études normande des doctorant·e·s de la SFLGC – Penser l’oubli en littérature comparée

Appel à communications

Date d’échéance : 16 février 2024

Lieu de l’évènement : Université de Caen Normandie

Responsables scientifiques : Oriane Chevalier, Paolo Dias Fernandes, Daphné Le Digarcher Doublet, Florine Lemarchand, Nina Roussel et Lucie Tamboise.

Avec le soutien des laboratoires LASLAR (Caen), CÉRÉdI (Rouen) et CELIS (Clermont-Ferrand)

Le mercredi 27 mars 2024, se tiendra à l’Université de Caen Normandie la deuxième rencontre des doctorant·e·s de la SFLGC, regroupant des jeunes comparatistes de Caen, de Rouen, du Havre et du Mans pour penser l’oubli en littérature comparée. L’oubli se définit comme l’absence ou la disparition de souvenirs dans la mémoire : il peut donc être défini à la fois comme résultat et comme processus. Dans le prolongement de la journée d’étude « Laissé·e·s-pour-compte et minores : penser l’oubli en études littéraires » qui s’est tenue à Montréal en mai 2022, cette rencontre se propose d’appréhender l’oubli à l’angle de la littérature comparée. Cette approche comparatiste vise moins à questionner la lutte contre l’oubli qu’à sonder et confronter les différentes formes de l’oubli ainsi que ses modes d’expression. Cette réflexion s’articulera à travers trois axes : le premier s’intéressera à l’oubli dans son rapport avec l’archive et la matérialité de l’œuvre, le deuxième visera à conjuguer la notion d’oubli avec celle d’invisibilisation, tandis que le dernier interrogera la façon dont se manifeste la présence de l’oubli.

Axe 1 : Oubli, supports et archives

La très grande majorité des textes littéraires finiront oubliés. Au regard de l’ensemble de la production, seul un petit nombre d’œuvres demeurent dans les mémoires, ou tout simplement lues. Les autres seront plongées dans un oubli qui peut être volontaire (c’est le cas pour un certain nombre de textes de Franz Kafka, détruits à sa demande) ou non (la majorité des textes antiques, qui ne sont pas parvenus jusqu’à nous), causé par une destruction matérielle ou bien un phénomène d’occultation (ainsi la version originale de La Petite sirène d’Andersen, qui connut un grand succès à sa sortie, et disponible pour qui voudra bien se donner la peine de la lire, est-elle aujourd’hui largement oubliée au profit des adaptations édulcorées des studios Disney qui imprègnent désormais notre mémoire collective). La conservation du texte est bien entendu nécessaire pour sa préservation, mais elle ne suffit pas à elle seule. On peut également noter que cette conservation ne prend souvent en compte qu’une seule partie de la vie et de la création d’une même œuvre, au détriment des brouillons ou versions alternatives. Toutefois, cette tradition « d’élagage » des travaux est différente selon les domaines artistiques, et ainsi une étude comparée entre deux arts peut permettre de rejoindre les morceaux épars de l’œuvre d’un même auteur (par exemple, les écrits scénaristiques d’un écrivain, ou les écrits littéraires d’un cinéaste).

L’ouverture de la littérature comparée à des questions d’intermédialité permet par ailleurs d’étudier et de confronter ces dynamiques au sein de différents supports esthétiques et langages artistiques, et d’envisager la spécificité de leurs rapports au temps, à la trace et à l’effacement. Par exemple, le numérique, envisagé comme matière littéraire aliénante[1], incarne tout à fait la tension entre oubli et mémoire. Soulevons ainsi la question d’une bibliothèque mondiale voire mondialisée proposée par l’association web / numérique, phénomène à la double implication contradictoire : les œuvres numériques et numérisées portent dans leur nouvelle essence la marque d’une immortalité fragile. La facilité du partage est nuancée par la multitude des contenus, la disponibilité en tous lieux soulève la question de l’accès incertain dans le temps. Plus encore, le récent engouement pour les intelligences artificielles nous invite à questionner les mémoires artificielles, corpus de référence pour les outils tels que ChatGPT, comme mémoires partielles. Cette partialité implique alors nécessairement l’oubli de tout un pan de contenus et de littératures. Les tentatives ultra-contemporaines de littératures numériques seraient-elles fondamentalement marquées par l’absence de mémoire ? 

Axe 2 : Oubli et réception : l’invisibilisation de l’artiste

La propension d’un texte à tomber dans l’oubli est intrinsèquement liée à son intégration ou non au sein de la tradition littéraire, qui définit un corpus d’œuvres à transmettre. Or, selon Jauss, « Toute tradition implique une sélection, une appropriation de l’art du passé au prix d’un oubli[2] ». Cette sélection est sujette à différents biais liés à l’origine, au genre, à l’orientation sexuelle, au handicap, ou tout autre facteur de discrimination, et se révèle politique dans ses formes d’exclusions.

Force est par exemple de constater que les rares auteurs africains qui reçoivent le Nobel de littérature écrivent dans une langue occidentale. Ainsi, le plus récent d’entre eux (2021), le tanzanien Abdulrazak Gurnah, écrit en anglais et vit au Royaume-Uni. Qui sait que la première figure d’auteur était en fait une autrice ? Car il ne s’agit non pas du canonique Homère, mais d’une princesse sumérienne, Enheduanna. La critique a ainsi clairement établi une « prédisposition défavorable » à l’égard des autrices dans les processus de constitution du canon[3]. Traductrices, éditrices, médiatrices culturelles, agentes littéraires sont d’autant plus invisibilisées que leur rôle est jugé mineur, secondaire, face à celui de l’auctorialité. Même si le colloque international des « Ambassadrices de la République mondiale des lettres », qui s’est tenu à l’ENS de Lyon les 19 et 20 octobre 2023, a permis de visibiliser certaines de ces passeuses culturelles, encore beaucoup d’entre elles demeurent oubliées. Dès lors, l’approche comparatiste permettra d’interroger l’oscillation permanente entre présence et absence, visible et invisible, qui touche les créatrices et médiatrices de diverses ères culturelles.

Cet oubli peut ainsi être pensé comme une violence faite aux minorités qu’il faut s’efforcer de réparer. C’est la tâche à laquelle s’efforcent différents critiques issus des Cultural Studies, qui cherchent à exhumer des auteurs et des textes oubliés, comme pour finalement donner raison à Sappho, illustre poétesse de l’antiquité dont l’œuvre est aujourd’hui presque intégralement perdue : « plus tard encore quelqu’un se souviendra de nous[4] ».

Ces questionnements peuvent également s’appliquer à nos choix d’objets d’étude, en tant que jeunes chercheuses et chercheurs. Certains continuent à approfondir la connaissance autour de sujets déjà balisés, permettant ainsi d’affiner et d’actualiser la recherche autour d’objets d’études fondamentaux pour nos mémoires collectives, qui semblent aussi riches qu’inépuisables, alors que d’autres s’attachent à exhumer des objets d’étude oubliés. Ce choix peut être guidé par un goût personnel, mais également par des raisons pratiques. Il soulève en tout cas des questions aussi bien éthiques que méthodologiques : doit-on s’attarder sur tel texte oublié ? Selon quels critères sélectionner ces objets d’études, et avec quels outils les aborder ? La littérature comparée se prête particulièrement à ce travail d’exhumation, nous invitant à construire une comparaison différentielle susceptible d’abolir la hiérarchie entre texte canonique et œuvre oubliée.

Axe 3 : Présence et manifestations de l’oubli : ce que l’oubli fait à l’œuvre

Envisagé comme processus ou comme résultat, l’oubli se définit négativement comme un manque, un défaut de mémoire ou une absence de souvenir. Comment alors le représenter, c’est-à-dire le rendre présent dans le texte, sur scène, à l’écran ou sur la toile ? Quelles formes d’existence les artistes lui confèrent-ils ?

On pourra d’abord s’intéresser aux œuvres prenant l’oubli pour thème. On étudiera ainsi les personnages qui l’incarnent, qu’ils soient amnésiques, eux-mêmes oubliés, ou qu’ils résistent à l’effacement du souvenir, à l’image d’Electre dans la tragédie de Sophocle, dont Emmanuelle Fantin rappelle qu’elle est « obsédée par la mort de son père qu’elle ne peut oublier […] alors que sa sœur Chrysothémis […] choisit l’oubli salvateur[5] ». Sans compter celles et ceux qui, face au traumatisme individuel ou collectif, demeurent coincé·e·s dans un entre-deux, déchirés entre le besoin vital d’oublier et celui, tout aussi impérieux, de se souvenir (de recomposer, reconstituer l’événement passé, le souvenir manquant), tout en ne parvenant ni à l’un ni à ni à l’autre : « Et si elle est incapable de s’en souvenir elle est aussi incapable d’oublier[6] » écrit ainsi Sarah Kane dans Manque.

Il sera également possible de réfléchir à une géographie de l’oubli, en observant comment il trouve à s’incarner dans l’espace : on pourra penser ici, pêle-mêle, au Bois des choses sans nom dans Through the Looking-Glass, qui fait oublier son nom à celui qui y pénètre[7], ou à des fictions articulées autour du conflit généré par le projet de mise en vente d’une maison, symbole d’un passé parfois encombrant ou douloureux qu’on souhaiterait – ou pas – liquider (voir la pièce de Jean-Luc Lagarce Derniers remords avant l’oubli (1987), ou le récent roman de Pauline Peyrade L’Âge de détruire (2023)).

On réfléchira ensuite à la façon dont l’oubli est travaillé par l’œuvre et la travaille. Le premier aspect nous conduira à comparer les symboles et les motifs associés par les artistes à l’oubli et aux oublié·e·s, pour mieux cerner les imaginaires qui nourrissent leur représentation. On pourra par exemple comparer les références au fleuve Léthé, qui devient chez Baudelaire un attribut amoureux (« L’oubli puissant habite sur ta bouche, / Et le Léthé coule dans tes baisers[8] »). L’oubli acquiert ici une matérialité, une forme liquide que l’on retrouve aussi dans les récits qui en font une « exigence de la mémoire, […] qui lui donne corps et sens[9] », comme dans À la recherche du temps perdu où le narrateur sent au fond de lui « des terres reconquises sur l’oubli qui s’assèchent et se rebâtissent[10] ».

Ces questions permettront d’interroger l’existence d’une poétique de l’oubli, en se demandant comment les œuvres sont travaillées par sa présence, que l’on songe aux « fictions de la ligne brisée[11] », à la forme fragmentaire et aux répétitions (sur l’identification et l’étude desquelles s’est largement fondée l’analyse des écritures du traumatisme – a fortiori celle des écritures de « l’après-Auschwitz » – à partir des travaux de Freud, pour qui le sujet traumatisé tend à « répéter au lieu de se souvenir[12] »), à la liste (l’anaphore « qu’est-il resté » dans L’insoutenable légèreté de l’être de Kundera[13]), ou encore à l’ellipse et à l’effacement. À l’inverse, en Grèce par exemple, les jeunes cinéastes des années 2010, baptisés « Queer Greek Weird Wave », réinscrivaient en force les identités queer oubliées dans le paysage artistique et historique de leur pays, et ce en utilisant le kitsch, l’excessif ou encore l’étrange. Ces outils esthétiques forts « remplissent » résolument les ellipses et tentent de protéger ces identités contre un nouvel effacement[14]. Pour penser cette présence paradoxale de l’absent et ses modalités de représentation, on pourra notamment se référer au récent essai d’Élisabeth Angel-Perez Le Théâtre de l’oblitération, qui s’empare du concept d’oblitération (« qui littéralement “raye la lettre” (ob-littera), efface, rature, plonge dans l’oubli[15] ») pour penser les dramaturgies anglaises ultra-contemporaines et leur commune tendance à dissimuler, trouer, contourner, dérober à la vue, tout en rendant sensible ce qu’elles absentent.

Modalités

Cette journée est ouverte aux étudiant·e·s de master et de doctorat en littérature comparée, ainsi qu’aux jeunes chercheur·se·s menant un projet de recherche-création. Les propositions émanant de comparatistes normand·e·s seront étudiées en priorité.

Les propositions d’environ une page et accompagnées d’une courte bio-bibliographie devront être envoyées conjointement aux adresses suivantes avant le 16 février 2024 : oriane.chevalier@doctorant.uca.frpaolo.dias_fernandes@doctorant.uca.fr; daphne.ledigarcher@unicaen.fr ; florine.lemarchand@unicaen.fr ; nina.roussel@univ-rouen.fr; 21912420@etu.unicaen.fr. Les réponses seront données le 23 février 2024.

Les participant.e.s retenu.e.s devront s’acquitter de leur adhésion à la SFLGC au plus tard le 27 mars 2024. L’adhésion peut s’effectuer en suivant ce lien : https://sflgc.org/sflgc/adherer-a-la-sflgc/

[1] S’il est trop systématiquement considéré comme un medium supplémentaire, le numérique littéraire s’entend dans une acception plus vaste : il constitue une matière qui transforme le texte et son propre support.

[2] Jauss, Hans Robert, Pour une esthétique de la réception (trad. C. Maillard), Paris, Gallimard, 1978, p. 275.

[3] Bahar, Saba, et Cossy, Valérie, « Le canon en question : l’objet littéraire dans le sillage des mouvements féministes » in Nouvelles Questions Féministes, vol. 22, n°2, 2003, p. 4-12.

[4] Sappho, fragment 147.

[5] Fantin, Emmanuelle, « La marchandisation de la nostalgie. Quelques réflexions théoriques autour de l’absence, du capitalisme et de l’utopie du passé », in Nostalgie. Conceptualisation d’une émotion, Presses Universitaires de Nancy – Éditions universitaires de Lorraine, 2021, p. 225. La citation de Sophocle est la suivante : « Seul un fou pourrait oublier un père ainsi tombé d’une mort pitoyable », in Tragédies complètes, trad. de Paul Mazon, Paris, 1962, p. 245.

[6] Kane, Sarah, Manque, trad. É. Pieiller, Paris, L’Arche, 2002, p. 15 ; « And though she cannot remember she cannot forget » ; Crave, London, Bloomsbury Methuen drama, 1998, p. 5.

[7] Carroll, Lewis, Through the Looking-Glass, and What Alice Found Here, chapitre III, Londres, MacMillan and Co, 1871.

[8] Baudelaire, Charles, « Le Léthé » v. 15-16, in Les Fleurs du Mal, Poulet-Malassis et de Broise, 1857.

[9] Fantin, Emmanuelle, Op. Cit., p. 225.

[10] Proust, Marcel, Du côté de chez Swann, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1987 [1ère édition Grasset, 1913] p. 66.

[11] Expression qui titre l’ouvrage dirigé par Bertrand Gervais, « Fictions de la ligne brisée : Typologie des mises en récit de l’oubli », Réflexions sur le contemporain, 2017[En ligne].

[12] Freud, Sigmund, « Remémoration, répétition, perlaboration », dans Œuvres complètes, tome XIII, Paris, Presses Universitaires de France, 1988, p. 129.

[13] Kundera, Milan, Gallimard, Nouvelle édition revue par l’auteur, traduit du tchèque par François Kérel, 1987 [1984 pour la version française], p. 406. La liste se conclut par « Avant d’être oubliés, nous serons changés en kitsch. Le kitsch, c’est la station de correspondance entre l’être et l’oubli. »

[14] Pasras, Mario, The Queer Greek Weird Wave Ethics, Politics and the Crisis of Meaning, éditions Springer Link, 2016.

[15] Angel-Perez, Elisabeth, Le Théâtre de l’oblitération. Essai sur la voix photogénique dans le théâtre britannique contemporain, Paris, Sorbonne Université Presses, coll. “Theatrum Mundi”, 2022, p. 10.

Bibliographie indicative

ANGEL-PEREZ, Élisabeth, Le Théâtre de l’oblitération. Essai sur la voix photogénique dans le théâtre britannique contemporain, Paris, Sorbonne Université Presses, coll. “Theatrum Mundi”, 2022.

AUGÉ, Marc, Les formes de l’oubli, Paris, Payot et Rivages, 2001 [1ère édition 1998].

BAYARD, Pierre, Comment parler des lieux où l’on n’a pas été ?, Paris, Éditions de Minuit, 2012, p. 58-62.

BERGER SOUCIE, Kevin, FISET, Yohann-Mickaël, GIROUX, Alexia, HAMMAR, Liza, LAPOINTE, Marie-Catherine, « Anamnèse : oubli et oubliées en littérature », Postures [En ligne], 2023 [consulté le 28 décembre 2023], no. 37, disponible à l’adresse : http://www.revuepostures.com/fr/articles/anamnèse-oubli-oubliées-en-littérature.

CERVERA, Raphaël, Figures de l’oubli : images artistiques et fabrique de la mémoire publique, du quinzième siècle à nos jours, Thèse de doctorat en Arts, Bordeaux 3, 2015.

DEBAENE, Vincent, DEVEVEY, Éléonore, PIÉGAY, Nathalie, Archiver / Créer (1980-2020), Collection recherches et rencontres, Genève, Droz, 2021.

GAMBONI, Dario, « Destruction, oubli et mémoire », In : Memory & Oblivion: Proceedings of the XXIXth International Congress of the History of Art held in Amsterdam, 1–7 September 1996, Springer Netherlands, 1999, p. 897-903.

GERVAIS, Bertrand, « Fictions de la ligne brisée : Typologie des mises en récit de l’oubli », Réflexions sur le contemporain [En ligne], coll. « Carnets de recherche », publiée par l’Observatoire de l’imaginaire contemporain, 11 septembre 2017, [consulté le 28 décembre 2023], disponible à l’adresse : https://oic.uqam.ca/fr/carnets/reflexions-sur-le-contemporain/fictions-de-la-ligne-brisee-typologie-des-mises-en-recit-de.

JEANNELLE Jean-Louis, Films sans images : une histoire des scénarios non réalisés de « La condition humaine », Paris, Seuil, 2015.

JEANNELLE, Jean-Louis, « Pour une étude des “inadaptations” », Poétique [en ligne], 2013 [consulté le 12 janvier 2024], no. 173, p. 47-61, disponible à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-poetique-2013-1-page-47.htm

KOHN, N., « The Screenplay as Postmodern Literary Exemplar: Authorial Distraction, Disappearance, Dissolution », Qualitative Inquiry, 2000, 6(4), p. 489-510.

MARSAY, Julien, La revanche des autrices : enquête sur l’invisibilisation des femmes en littérature, Paris, Payot, 2022.

ONFRAY, Michel, Autodafés : l’art de détruire les livres, Paris, Presses de la cité, 2021.

RICOEUR, Paul, « Mémoire, histoire, oubli », Esprit, 2006, vol. 3, p. 20-29.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search