Appel à communication : Écrivaines entre littérature et sciences II : Essayisme, auto-/biographie et savoirs

Journées d’études les 13 et 14 juin 2024 à l’Université de Franche-Comté (Besançon)

Date d’échéance : 15 mars 2024

Lieu de l’événement : Université de Franche-Comté (Besançon)

Avec l’accès aux savoirs académiques et aux études scientifiques suite à l’ouverture des universités européennes aux femmes dès la 2e moitié du XIXe siècle, un nombre grandissant d’écrivaines occidentales entament des études et intègrent de nouveaux savoirs dans leurs écrits. Cette ouverture s’inscrit dans le contexte de la division épistémologique des disciplines modernes entre sciences naturelles et sciences humaines, ainsi que des luttes discursives entre le champ littéraire et les sciences humaines émergentes comme la psychanalyse ou la sociologie (Lepenies).
L’essayisme comme mode de réflexion et d’écriture (Zima) connaît alors un nouvel essor auprès des intellectuel.le.s car il leur permet d’intégrer différentes approches et différentes formes d’expression du savoir, qu’elles soient conformes ou non aux règles des discours scientifiques dominants. Pour nombre d’autrices qui s’expriment sur des questions scientifiques, l’essayisme devient alors une forme privilégiée d’expression du savoir. Etant donné que l’histoire de l’essai s’est écrite surtout au masculin, on peut se demander dans quelle mesure les écrivaines savantes ont fait évoluer ce genre textuel et mesurer ainsi leur apport à son histoire à une échelle transnationale, en prenant en compte des autrices telles que Virginia Woolf, Victoria Ocampo, Simone de Beauvoir, Ingeborg Bachmann, Assia Djebar, Hélène Cixous, Svetlana Alexievitch, … .
Un premier accent sera mis sur l’essai biographique comme instrument de connaissance et mode de négociation de savoirs. En effet, c’est à travers le récit de la vie d’autrui que nombre d’écrivaines savantes traitent des savoirs en lien avec leur propre objet d’étude. Ainsi, Lou Andreas-Salomé raconte-t-elle par exemple la vie de Nietzsche tout en s’appropriant sa philosophie, et l’historienne Ricarda Huch écrit celle de Luther ou de Garibaldi tout en brouillant les frontières entre sources historiques et fiction. Les croisements entre l’autobiographie et l’essai pourront constituer un autre terrain d’interrogation, tout particulièrement en matière de sciences médicales et psychologiques, car on constate en effet leur mobilisation dans les récits de soi lorsque ceux-ci abordent la maladie et la souffrance psychique. C’est le cas à l’époque contemporaine d’essais “hybrides” qui mêlent récit de soi et savoir interdisciplinaire, occupant ainsi une place inédite dans le champ actuel des savoirs, comme ceux de l’écrivaine étasunienne Siri Hustvedt.

Les journées d’études mettront ainsi en avant des écrivaines qui explorent, transmettent ou remettent en question des savoirs constitués ou nouveaux dans des textes essayistiques, biographiques ou autobiographiques. Qu’elles écrivent depuis une position extérieure au monde académique ou en tant que membre de la communauté scientifique, leurs pratiques d’écriture sont bien souvent régies par des conditions de production et de réception différentes de celles des hommes. L’objectif est donc de saisir les approches singulières des savoirs et les usages qu’en font les autrices, tout en tenant compte des conditions historiques des formations de savoir dans lesquelles leurs textes se situent. (Gess/Janßen ; Kauko et al.)
Les questions suivantes pourraient guider les analyses : Quels domaines de savoirs sont privilégiés, quelles structures narratives, quelles images, quels procédés rhétoriques, stylistiques et littéraires sont actualisés orsque les autrices élaborent, organisent et mettent en scène des savoirs tout en écrivant leurs vies ou celles des autres ? Font-elles un usage spécifique des formes essayistiques ? Leur écriture, quand elle naît d’une position marginale, recèlerait-elle un potentiel particulier de créativité et d’innovation ? Dans une perspective diachronique, quelles sont les évolutions à observer, compte tenu de l’essor des recherches sur le genre ainsi que des remises en question poststructuralistes et postmodernes des savoirs ?
Pendant la première manifestation autour des « écrivaines entre littérature et sciences » en octobre 2023, centrée sur les écrits littéraires de langue allemande, une évolution a pu être retracée, allant de « la légitimation d’un ‘Je’ auctorial féminin, par l’investissement de poses et de postures auctoriales, jusqu’à l’éclatement, la dissolution ou la multiplication de ce ‘Je’ lui-même dans les écritures plus contemporaines.“1 En même temps, les lectures critiques et subversives des savoirs par les écrivaines contemporaines s’accompagnent assez souvent de la mise en avant d‘une nouvelle “subjectivité savante“ comme c’est le cas pour l’écrivaine allemande Judith Schalansky. Dans une approche que nous souhaitons comparatiste, nous
demanderons désormais ce qu’il en est de ces constats pour les écritures essayistiques, biographiques et autobiographiques d’écrivaines savantes issues d’autres cultures et souhaitons étendre ainsi la réflexion aux domaines francophones, anglophones, hispanophones, …

Nous vous invitons à nous soumettre vos propositions pour le 15 mars 2024.

Veuillez adresser votre proposition (de 350 mots environ), accompagnée d’un court CV scientifique, à : Léa CASSAGNAU, lea.cassagnau@univ-fcomte.fr – Cindy GERVOLINO, cindy.gervolino@univ-fcomte.fr – Ralph WINTER ralph.winter@univ-fcomte.fr
Université de Franche-Comté
Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles (CRIT)

Bibliographie indicative

Michael Ansel / Jürgen Egyptien / Hans-Edwin Friedrich (Eds.) : Der Essay als Universalgattung des Zeitalters : Diskurse, Themen und Positionen zwischen Jahrhundertwende und Nachkriegszeit. Leiden/Boston : Brill 2016.
Michel Beaujour : Miroirs d’encre. Rhétorique de l’autoportrait. Paris : Seuil, 1980.
Léa Cassagnau : Compte rendu des Journées d’études « Ecrivaines entre littérature et sciences – Négociations de savoirs dans les pratiques d’écriture de femmes dans l’espace germanophone depuis la fin du XIXe siècle », Université de Franche-Comté, 5-6 octobre 2023. URL : https://genregerm.hypotheses.org/files/2023/11/compte-rendu_VF.pdf [06.02.2024].
Vanessa Gemis : « La biographie genrée : le genre au service du genre », COnTEXTES 3 | 2008. URL : http://journals.openedition.org/contextes/2573 [06.02.2024].
Nicola Gess / Sandra Janßen (Eds.) : Wissens-Ordnungen : zu einer historischen Epistemologie der Literatur. Berlin : De Gruyter 2014.
Pierre Glaudes / Boris Lyon-Caen (Eds.) : Essai et essayisme en France au XIXe siècle. Paris : Classiques Garnier 2014.
Graham Good : The observing self : rediscovering the essay. [1988] Abingdon/New York : Routledge 2014.
Paola Govoni / Zelda Alice Franceschi (Eds.) : Writing about Lives in Science. (Auto)Biography, Gender, and Genre. Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht 2014.
Miriam Kauko / Sylvia Mieszkowski / Alexandra Tischel (Eds.) : Gendered Academia – Wissenschaftsgeschichte und Geschlechterdifferenz 1890-1945. Göttingen : Wallstein 2005.
Claudia Honegger / Theresa Wobbe (Eds.) : Frauen in der Soziologie : neun Portraits. München : Beck 1998.
Christian Klein (Ed.) : Handbuch Biographie : Methoden, Traditionen, Theorien. [2009] Berlin : Metzler 2022.
Wolf Lepenies : Les trois cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie. Traduit de l’allemand par Henri Plard. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme 2017. [Edition originale : Die drei Kulturen. Soziologie zwischen Literatur und Wissenschaft.
München : Hanser 1985].
Martine Reid : Femmes et littérature. Une histoire culturelle (Tome 2) – XIXe-XXIe siècle. Paris : Gallimard 2020.
Liselotte Steinbrügge / Annette Keilhauer / Hendrik Schlieper : « L’écriture de soi au XIXe siècle : réflexion sur un genre genré, entre stéréotypes et tabous », in : Lendemains, Vol. 41, n°162-163, 9/2016, pp. 165-178.
Pierre V. Zima : Essai et Essayisme. Le potentiel théorique de l’essai. De Montaigne jusqu’à la postmodernité. Paris : Classiques Garnier 2018. [Edition originale : Essay / Essayismus Zum theoretischen Potenzial des Essays : Von Montaigne bis zur Postmoderne. Würzburg : Königshausen & Neumann 2012].

Source de l’information : Léa Cassagnau – lea.cassagnau@univ-fcomte.fr

Appel à participation à l’atelier du 3 avril 2024 : « Littérature(s) comparée(s) : discipline ou méthode ? Réflexions partagées »

La Société Française de Littérature Générale et Comparée propose des ateliers en visio-conférence qui visent à accompagner des doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s dans leur(s) approche(s) thématique et méthodologique de la recherche en littérature comparée. Ces ateliers s’appuient sur le partage d’expériences, sur l’exposition de travaux de recherche et sur la discussion de difficultés méthodologiques.

Le prochain atelier, intitulé « Littérature(s) comparée(s) : discipline ou méthode ? Réflexions partagées » se tiendra le mercredi 3 avril, entre 17h et 19h. Il sera l’occasion de réfléchir ensemble à notre discipline et à ses particularités, de manière informelle, en s’appuyant sur un corpus de courts textes qu’il faudrait avoir consulté au préalable. Il est disponible ici : https://ateliersflgc.hypotheses.org/category/ressources-de-latelier

Sans proposer un cours théorique sur la littérature comparée, nous serions ravies de co-construire cet atelier avec de jeunes chercheur·euses en Littérature Comparée en France et à l’étranger en nous questionnant sur les sujets suivants (liste non-exhaustive) :

La littérature comparée n’est-elle qu’une étude esthétique de textes ou des enjeux politiques apparaissent-ils derrière la constitution des corpus ? La littérature comparée est-elle une discipline à part entière ou une méthode d’étude des textes applicable dans d’autres contextes ? Doit-on parler d’une littérature comparée ou des littératures comparées ? Qu’apporte la comparaison et comment penser l’analogie qui en est le fondement ? Comment maintenir un équilibre entre l’irréductibilité des textes et des cultures et la nécessité de les confronter ? Existe-t-il des textes « incomparables » ?

Aucune préparation n’est nécessaire, si ce n’est la lecture des extraits de textes proposés. Pour participer, merci d’envoyer un e-mail à atelierdocto@sflgc.org avant le 1er avril 2024 afin de recevoir le lien de la visio-conférence. Pour faciliter les échanges et permettre à tous et à toutes d’exprimer ses idées le nombre de places est limité.

En espérant vous voir nombreux·euses,

Alix Borgomano, Margaux Gérard, Solenne Guyot, Laurence Riu-Comut, Nina Roussel et Mafalda Soares, avec le soutien d’Élodie Coutier et de Sylvie Humbert-Mougin dans le cadre de la SFLGC

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search