Journée d’études normande des doctorant·e·s de la SFLGC du 27 mars 2024 : “Penser l’oubli en littérature comparée”

Lieu de l’évènement : Université de Caen Normandie

Avec le soutien des laboratoires LASLAR (Caen), CÉRÉdI (Rouen) et CELIS (Clermont-Ferrand)

Responsables scientifiques :

Oriane Chevalier (Université Clermont Auvergne)

Paolo Dias Fernandes (Université Clermont Auvergne)

Daphné Le Digarcher Doublet (Université de Caen Normandie)

Florine Lemarchand (Université de Caen Normandie)

Nina Roussel (Université de Rouen Normandie)

Lucie Tamboise (Université de Caen Normandie)

Le mercredi 27 mars 2024 s’est tenue à l’Université de Caen Normandie la journée d’études normande des doctorant·e·s de la SFLGC. Regroupant des jeunes comparatistes de Normandie et d’autres horizons, cette rencontre visait à penser l’oubli en littérature comparée autour de trois panels successifs.

Le premier panel, animé par Daphné Le Digarcher Doublet, portait sur la géographie de l’oubli. Arthur Gaté (Université de Caen Normandie) a inauguré la journée avec une réflexion sur les corps en ruines et les corps des ruines, au prisme du jeu vidéo ; Florine Lemarchand (Université de Caen Normandie) s’est quant à elle penchée sur l’oubli dans les lieux du retour ; enfin, Vincent Lemercier (Université de Rouen Normandie) a communiqué sur le motif de la boue, en s’intéressant aux corps oubliés de la tranchée.

Les jeunes comparatistes ont ensuite pu partager une pause conviviale au restaurant, durant laquelle nous avons pu prolonger nos échanges. Le second panel, animé par Florine Lemarchand, articulait deux interventions sur l’oubli comme moteur et produit de l’écriture. Alix Borgomano (Université de Strasbourg) a communiqué sur l’oubli dans l’erasure poetry tandis qu’Antoine Paris (Sorbonne-Université/Université de Montréal) a réfléchi au besoin d’oublier pour lire et écrire, à travers une analyse comparée de Clément d’Alexandrie et de Bernard Quiriny. Tout comme le panel précédent, les communications ont suscité des questions et des remarques dans le public puis nous avons pu poursuivre les échanges durant une autre pause conviviale.

Enfin, le troisième panel, animé par Lucie Tamboise, explorait les enjeux sociétaux de l’oubli. Mathilde Noëlle Mougin (Cergy Paris Université) a traité de l’oubli de la faute, à travers la communauté qui se craquelle ; Ruiyao Liu (Université Clermont Auvergne) s’est intéressée au Sanguozhi yanyi, une œuvre chinoise longtemps tombée dans l’oubli en France ; enfin, Alix Cagnion (Université Clermont Auvergne) a communiqué sur le memory editing dans la science-fiction cyberpunk, notamment à travers le cinéma. Enfin, la rencontre s’est prolongée le soir dans un moment convivial ce qui a permis de renforcer les liens entre jeunes comparatistes.

Une publication des communications, visant à valoriser les travaux des jeunes comparatistes, est prévue pour celles et ceux qui le souhaitent. Un grand merci aux participant.e.s ainsi qu’au public pour avoir contribué aux riches échanges de cette rencontre normande. Nos remerciements vont également à la SFLGC, au LASLAR, au CÉRÉdI, au CELIS et à l’ED Normandie Humanités, qui ont apporté leur soutien à cette journée d’études.

Avec le soutien de Sylvie Humbert-Mougin et d’Élodie Coutier.

Appel à participation à l’atelier du 12 juin : « Préparer une thèse de littérature comparée en assurant une charge d’enseignement importante : retours d’expériences et partage de conseils »

Le prochain atelier, intitulé « Préparer une thèse de littérature comparée en assurant une charge d’enseignement importante : retours d’expériences et partage de conseils » se tiendra le mercredi 12 juin, entre 18h et 20h. Il sera l’occasion de réfléchir ensemble, de manière informelle, aux différentes problématiques posées à chacun·e en fonction du cadre dans lequel il ou elle enseigne en parallèle de l’élaboration du travail de thèse : comment gérer son temps pour mener de front ces activités de recherche et d’enseignement, et préparer ses cours de la façon la plus efficace possible, afin de se ménager du temps pour la thèse ? Pour les enseignant·e·s du secondaire en particulier : comment composer avec l’investissement que demande la gestion des classes, et trouver malgré tout l’énergie et la motivation d’avancer sur ses recherches ? Comment s’adapter aux exigences de deux environnements distincts (collège/lycée et université) et maintenir un contact avec le monde de la recherche (lien avec les encadrant·e·s de thèse et les autres doctorant·e·s, constitution d’un « réseau », activités de diffusion de la recherche) ? Quelles sont les ressources à disposition des doctorant·e·s sans expérience d’enseignement pour mener à bien leurs cours et/ou réfléchir à leurs pratiques ?

Quelle que soit votre situation (enseignant·e du secondaire, ATER, doctorant·e sous contrat avec charge d’enseignement, vacataire, contractuel·le…), venez partager vos difficultés ainsi que les stratégies que vous avez pu mettre en place pour y remédier ! Aucune préparation n’est nécessaire. Pour participer, merci d’envoyer un e-mail à atelierdocto@sflgc.org avant le 10 juin 2024 afin de recevoir le lien de la visio-conférence. Pour faciliter les échanges et permettre à tous et à toutes d’exprimer ses idées, le nombre de places est limité.

Nous espérons vous voir nombreux·ses !

Alix Borgomano, Margaux Gérard, Solenne Guyot, Laurence Riu-Comut, Nina Roussel et Mafalda Soares, avec le soutien d’Élodie Coutier et de Sylvie Humbert-Mougin dans le cadre de la SFLGC.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search