De la communication à l’article : pour une relecture inclusive

À l’occasion de l’atelier « De la communication à l’article » des doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s de la SFLGC qui s’était tenu en décembre 2023, cette intervention visait à interroger la relecture de nos articles universitaires dans une perspective inclusive. En effet, s’il n’est plus à démontrer que les langues influencent les représentations mentales, nombreuses ont été, ces dernières années, les étapes qui ont permis de tendre vers l’adoption d’une écriture inclusive. Lors de l’écriture d’une communication, cet aspect peut être négligé par manque de temps ou parce que l’on concentre son attention sur le propos du texte. Une fois venu le temps de la publication, une relecture, voire une réécriture peut sembler nécessaire.

Après un rappel de quelques éléments sur l’histoire du français, j’étais revenue sur les éléments de langue qui peuvent être relus si l’on souhaite avoir une approche inclusive. Je précise que n’étant pas linguiste — même si je m’intéresse de près à ces questions — cette contribution se rapproche d’un petit tour d’horizon qui avait pour objectif d’aider à la relecture et d’ouvrir la discussion.  


Quelques rappels sur la langue française et l’écriture inclusive

Pour les rappels qui suivent, je me suis largement appuyée sur le travail de Maria Candea et Laélia Véron, dans leur ouvrage Le Français est à nous ! Petit manuel d’émancipation linguistique, publié en 20191. Les deux linguistes soulignent en effet que dans les années 1980 se développe, en France, la sociolinguistique (portée notamment par Pierre Bourdieu) qui étudie les rapports de force symboliques véhiculés par le langage. Il est question d’un pouvoir symbolique (par opposition au pouvoir matériel ou physique), c’est-à-dire d’un pouvoir qui s’exerce de manière indirecte, sans que les personnes concernées en aient conscience. Bourdieu insiste dès lors sur le langage comme « outil de résistance contre la violence sociale2», avec l’idée que la langue peut permettre de réinventer le réel en modifiant les imaginaires.

À partir de cette prise de conscience, il est possible de questionner des règles parfois devenues ritournelles et revenir sur leur apparition. En 1635, la création de l’Académie Française par Richelieu témoigne d’un nouveau rapport à la langue : l’objectif est de standardiser le français en créant des normes et, ainsi, de mettre en place une politique linguistique. Or, selon Maria Candea et Laélia Véron « sur le terrain idéologique, cela correspond à une véritable guerre contre les femmes3 » : sous couvert de rendre la langue plus claire et d’homogénéiser les usages, le pouvoir veut aussi assurer la « primauté du masculin4». Cela apparait, entre autres, dans les Remarques sur la langue française (1647) du grammairien Claude Fabre de Vaugelas qui, sans argumenter linguistiquement, affirme : « le genre masculin, étant le plus noble, doit prédominer toutes les fois que le masculin et le féminin se trouve ensemble ».

C’est alors le début, comme l’explique la linguiste Éliane Viennot, dans son ouvrage Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! (2017) de5 la règle « le masculin l’emporte sur le féminin », et les conséquences sont visibles aussi bien en grammaire qu’au niveau du lexique. En grammaire, l’accord de proximité, pour les adjectifs épithètes et les participes présent n’est plus accepté. Par ailleurs, les féminins lexicaux qui désignaient des professions  (« doctoresse », « peintresse » « dompteresse », etc.) qui étaient alors des mots en usage, sont proscrits. Le mot « autrice » d’origine latine, formé comme « actrice, amatrice, spectatrice » et qui désignait une femme qui écrivait, est évincé. On retrouvera des résistances quant à l’emploi de ce mot bien des siècles plus tard : « Pas plus que la langue française, la raison ne veut qu’une femme soit auteur. Ce titre, sous toutes ces acceptons, est le propre de l’homme seul » écrit Sylvain Maréchal, dans un ouvrage au titre révélateur : Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes (1801). Ainsi, en France, c’est « un véritable processus idéologique de masculinisation du français entre le XVIIe et le XIXe siècle6» qui s’observe. Dès lors, plutôt que de parler d’une « féminisation » de la langue comme on l’entend parfois actuellement au XXIe siècle, « on devrait parler de ‘’démasculinisation’’7 » de celle-ci.

            Par la suite, au XIXe siècle, la lutte politique et intellectuelle pour l’égalité femmes-hommes se concentre sur des éléments moins symboliques, comme l’accès à l’université. Ce ne sera qu’en 1970, avec la deuxième vague des mouvements féministes, qu’un retour des titres et des noms de métiers au féminin sera revendiqué (ce qui donnera lieu à de nombreuses polémiques en France). En 1980, le Canada, la Belgique, la Suisse, et la France (sous Mitterrand) se dotent de ces règles lexicales. Pour désigner une « femme qui écrit », l’office québécois propose alors de créer le mot « auteure ». Mais il faudra attendre les années 2000 pour voir apparaître « la communication inclusive, qui vise à une représentation égale des femmes et des hommes dans la langue8 », et désigne donc l’ensemble des éléments graphiques et syntaxiques qui permettent d’assurer une égalité de représentations des deux sexes.

En pratique, l’écriture inclusive signifie notamment que l’on va renoncer au masculin générique, à la « primauté du masculin sur le féminin » dans les accords en genre, ainsi qu’à un ensemble d’autres conventions intériorisées. Pour ce faire, certaines techniques sont remobilisées — l’accord en genre des titres et noms de métiers, l’utilisation de formules et de mots épicènes (« les élèves », « le public »), la double flexion (« les étudiantes et les étudiants », « chères clientes et chères clients ») — et d’autres sont inventées, notamment l’abréviation des doubles flexions : le point médian. Ce point médian est l’élément de l’écriture inclusive qui fait le plus débat. Pourtant les parenthèses, dans des expressions telles que « client(e)s », sont acceptées : serait-ce parce l’usage d’un nouveau signe typographique, comme le point médian, peut effrayer, ou, comme le suggèrent Maria Candea et Laélia Véron, parce que les parenthèses sont optionnelles et supprimables ?

On peut conclure ce tour d’horizon en remarquant que dans les années 2000-2010, la communication inclusive a fait son chemin, si bien que la France se dote d’un Guide pour une communication publique sans stéréotypes de sexes, publié par le Haut Conseil à l’égalité. 

Quels éléments relire avant de publier un article ?

En s’inspirant du Guide pour une communication sans stéréotypes de sexes cité plus haut, on peut proposer une aide à la relecture inclusive d’un texte en quatre points.

1) Employer les noms féminins ou masculins de métiers, grades, et fonctions, en accord avec le genre de la personne concernée (et donc, employer les féminins lexicaux) : « une directrice d’UFR », « une cheffe de service », « une professeure d’université », etc. En cas d’hésitation sur un nom, on peut se référer au guide Femme, j’écris ton nom, Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions, publié par le CNRS en 1999.

2) User d’une communication sans stéréotype de sexe.  Pour ce faire, à l’oral, on peut pratiquer la double flexion, c’est-à-dire décliner les noms et les adjectifs qui varient en genre, (« les étudiantes et les étudiants »). A l’écrit, on peut avoir recours à l’abréviation que constitue le point médian (« l’étudiant·e », « les citoyen·nes »). Quand la différence entre la forme masculine et féminine se fait par la substitution d’une syllabe à une autre, il est recommandé d’écrire les deux termes en toutes lettres (on écrira « les acteurs et les actrices » plutôt que « les acteur·rices »).

3) Avoir recours aux noms, adjectifs et pronoms épicènes, dont la forme ne varie pas entre le masculin et le féminin. On peut aussi éviter les termes qui varient en genre en usant d’un nom collectif féminin ou masculin : « gens », « personnes », etc.

4) Utiliser l’ordre alphabétique, qui est arbitraire, et permet donc de ne privilégier aucun genre dans le cas de désignations doubles : « l’égalité entre les femmes et les hommes », « celles et ceux », « tous et toutes », « étudiantes et étudiants », « chercheurs et chercheuses ».

Ouverture et discussion

En guise de conclusion, nous avons repris une réflexion qui avait été soulevée dans l’ouvrage de Maria Candea et Laélia Veron : est-ce que l’écriture inclusive peut « renforcer des différenciations genrées qu’il faudrait plutôt combattre[1] » ? Les langues romanes étant très genrées, les linguistes proposent trois alternatives : il serait possible soit d’abolir la variation de genre (en n’utilisant que le masculin ou le féminin), soit d’alterner les deux genres, soit de réfléchir à la généralisation de tournures épicènes. Néanmoins, aucune de ces alternatives n’a encore été adoptée ni ne semble pleinement satisfaisante.

Pour aller au-delà du genre, la langue française a cependant vu apparaitre l’utilisation du pronom « iel, iels, ielle, ielles » pour désigner un ensemble mixte de personnes, ou des personnes qui ne souhaitent pas que leur genre soit spécifié. De même, dans les milieux queers, le ‘’x’’ représente souvent les personnes qui ne veulent pas afficher une appartenance de genre. « On utilise, par exemple, le terme ‘’les étudiant·xes’’ pour désigner et inclure toutes les personnes (cisgenres, transgenres et non binaires)» comme le rapporte le Guide pour une communication publique sans stéréotypes de sexes 9.

Après cette intervention, nous avons échangé entre doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s, sur nos pratiques d’écriture dans le cadre d’articles universitaires ou de nos thèses. Nous avons remarqué que si certaines publications recommandent ou encouragent l’utilisation de l’écriture inclusive, d’autres ne le proposent pas. Le point médian fait parfois l’objet de réticences, et nous avons conclu ensemble que l’on pouvait opter dans ce cas, à l’écrit, pour des tournures épicènes et des doubles flexions. Nous avons aussi mentionné quelques thèses écrites en écriture inclusive, comme celle d’Aurore Turbiau, en Littérature Générale et comparée sur les « Pensées et pratiques féministes de l’engagement littéraire (1969-1985, France-Québec) » sous la direction d’Anne Tomiche, soutenue fin 2023, mais aussi celle de Laura Tatoueix, en Histoire, sur : « L’avortement en France à l’époque moderne. Entre normes et pratiques (mi-XVIe – 1791) », soutenue en 2018, sous la direction d’Anna Bellavitis et Sylvie Steinberg. Dans le domaine médical, Zoë Dubus, qui a soutenu sa thèse en 2022 sur « Médicament ou poison ? : médecins, médecine et psychotropes de la fin du XIXe siècle à nos jours en France », explique qu’elle a écrit en tenant compte du point médian, de l’écriture épicène et de la double flexion. Son avant-propos, dans lequel elle explique ses choix, est disponible sur HAL.

 Ainsi, si « le français est à nous » parce que ses locuteurs et locutrices en modèlent l’évolution, la langue française semble, et nous l’espérons, avoir de passionnants jours devant elle.

Margaux Gérard,
Doctorante au sein de l’EA 1337, Configurations Littéraires,
à l’Université de Strasbourg


Bibliographie

CANDEA Maria et VÉRON Laélia, Le Français est à nous ! Petit manuel d’émancipation linguistique, Paris, La Découverte, 2019.

Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Guide pour une communication publique sans stéréotypes de sexes, version actualisée 2022.

VIENNOT Éliane, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Paris, Éditions IXe, 2017.


  1. Candea Maria et Véron Laélia, Le Français est à nous ! Petit manuel d’émancipation linguistique, Paris, La Découverte, 2019. ↩︎
  2. Ibid., p.91. . ↩︎
  3. Ibid., p. 95. ↩︎
  4. Ibid., p. 95. ↩︎
  5. Éliane Viennot, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! (2017), Paris, Éditions IXe, 2017. ↩︎
  6. Candea Maria et Véron Laélia, Le Français est à nous ! Petit manuel d’émancipation linguistique, op. cit., p. 96. ↩︎
  7. Ibid., p. 96. ↩︎
  8. Ibid., p. 106. ↩︎
  9. Guide pour une communication publique sans stéréotypes de sexes, version actualisée 2022, p.22. ↩︎

Insertion d’un article dans une thèse en littérature comparée : les enjeux d’un emboîtement

Anis Baghi

Cet article est issu d’une communication proposée par Anis Baghi lors de l’atelier des doctorant.e.s de la SFLGC du 13 décembre 2023 – “Valoriser son travail de recherche quand on est doctorant.e ou jeune chercheur.se. De la communication à l’article”

Le lien qui s’établit entre la rédaction d’un article et la rédaction d’une thèse est bilatéral : le chercheur peut reprendre une idée déjà développée dans la thèse pour en faire un article, ou bien y insérer un sujet qui n’était pas envisagé en amont dans le plan initial de son travail doctoral. La rédaction d’un article permet en premier lieu d’apporter un point de vue plus approfondi sur un sujet, et par là, peut mener le chercheur à établir des liens entre des éléments a priori distincts dans sa thèse. Or, la principale difficulté réside dans les axes de recherches supplémentaires à développer, ainsi que dans les modifications et les impacts que ces ajouts engendrent sur l’organisation du travail. Au-delà de ces questions réflexives et stratégiques, le chercheur doit être vigilant par rapport à la question de l’auto-plagiat, dont les frontières restent assez floues.

C’est sur cet ensemble de questions que je me pencherai pour évaluer les enjeux de cet emboîtement, en m’appuyant sur deux exemples d’articles que j’ai rédigés. Avant d’évoquer ces articles, je présenterai brièvement le sujet de ma thèse en littérature comparée : sans cela, les exemples pourraient être incompréhensibles.

Le sujet de ma thèse de doctorat explore la notion d’engagement aux époques post-Mai 68 et post-Révolution iranienne de 1979. Le comparatisme de mon approche consiste en l’analyse de deux corpus littéraires distincts, à savoir le corpus romanesque français et le corpus romanesque persan (mon corpus persan se divise en deux parties, celle des ouvrages critiques envers la Révolution islamique et celle des ouvrages pro-révolutionnaires). Tout au long de ma thèse, je mets en rapport les romans français et persans pour en dégager les différentes figures d’engagement littéraire en tenant compte, entre autres, de « la transcription de l’histoire1 » par rapport à la conjoncture sociale, historique et politique.

En raison de l’écart littéraire qui sépare les deux pays cités, que ce soit au niveau de la forme ou du contenu, de nombreuses questions présentes dans l’un des corpus idiomatiques sont logiquement absentes dans l’étude de l’autre corpus. Ainsi, certains articles que j’ai écrits, y compris ceux que je vais présenter par la suite, n’analysent que l’un des deux corpus et sortent d’une optique purement comparatiste. Par ailleurs, je m’éloigne parfois des axes centraux de ma thèse comme, par exemple, celui de l’engagement ou de la socio-critique, pour aborder d’autres questions se situant autour de mon corpus. Cela n’est sans doute pas la meilleure manière de se focaliser sur la thèse, mais il est connu pour tous qu’il n’est pas toujours aisé de trouver des appels à communications ou à contributions en rapport direct avec le sujet principal de la thèse, d’où la raison de ces écarts thématiques.

Le premier article à partir duquel je compte illustrer mes propos concerne la question de la propagande dans la littérature pro-révolutionnaire iranienne2. J’y étudie les stratégies politiques et culturelles du nouveau régime iranien en tant que tentative de propagande. Dans cette perspective, les romans, écrits sous une forme nommée le « réalisme islamiste3 », s’avèrent être un des moyens de la prolifération des nouvelles valeurs révolutionnaires. J’y fournis quelques exemples d’« écrivains organiques » que je définis ici comme des écrivains qui prennent une position idéologique identique à celle du régime politique en place et qui cherchent à présenter une image salvatrice de la Révolution.

Par la suite, le problème consistait à savoir comment je devais intégrer la question de la propagande de type islamique dans ma thèse et dans quelle partie. Il va de soi que cette littérature pro-islamique ne partage pas de ressemblance avec la littérature qui met en avant l’époque de Mai 68, marquée par ses revendications autour de la libération sexuelle et des mœurs et un contexte d’émergence diamétralement opposé. D’ailleurs, la structure de cette littérature pro-révolutionnaire, qui se rapproche de celle du roman à thèse, privilège une mise en fiction de l’Histoire qui s’inscrit dans une vision linéaire, non problématique, avec des structures dichotomiques et antagoniques, narrées dans une forme simple et lisible. Cela entre en opposition avec le corpus français et une partie du corpus persan, dans lequel la vision critique de l’histoire se traduit via une narration morcelée, non linéaire et fragmentée.

Au lieu de la considérer comme un obstacle, c’est justement sur cette différence que je me suis appuyée pour analyser la reconfiguration narrative, en prenant en compte les différentes visions de l’Histoire. En effet, cette recherche de différences est primordiale dans les études comparatistes. Elle s’inscrit dans la perspective « différentielle4 », telle que proposée par Ute Heidmann, et permet de construire une relation dialogique pour mettre en avant les liens entre des éléments qui ne partagent pas de ressemblance. Ainsi, la reprise de l’idée développée dans cet article était, en fin de compte, un atout qui m’a permis de mettre en avant les différences au sein de mon corpus, et d’en expliquer plus amplement les raisons dans ma thèse.

Dans un autre article concernant la ville insurgée5, j’ai travaillé sur un sujet qui, de prime abord, n’était pas en rapport avec la question de l’engagement. Le cas de cet article est intéressant car il m’a finalement permis de penser la question de l’espace et de son rapport avec la notion de l’engagement, éléments qui se sont avérés significatifs dans l’analyse des ouvrages de mon corpus persan. Dans cet article, je me suis appuyée sur la littérature de Mai 68 pour analyser la question de l’espace dans la représentation de l’insurrection. Si, dans l’imaginaire des écrivains français que j’ai étudiés, la représentation de l’espace insurgé est liée au mythe de la régénération, j’ai réalisé que, dans une des deux parties de mon corpus persan, celle qui s’oppose à la littérature pro-révolutionnaire par son regard critique, cet espace insurgé est le moyen symbolique d’une prise de position critique. En effet, les scènes qui décrivent les lendemains de la Révolution islamique mettent en avant un espace renouvelé, régénéré par l’autorité (par les slogans qui s’effacent, les murs que l’on repeint, etc.), ainsi que des scènes qui entrent en opposition avec l’état du personnage. Ce dernier se retrouve coincé dans le passé et n’arrive pas à tourner la page pour faire le deuil des promesses révolutionnaires non tenues. Sans cet article, et sans les lectures que j’ai menées sur la question de l’espace, je n’aurais sans doute pas écrit sur cette forme de regard critique propre à une société où domine la censure.

Ainsi, la rédaction d’un article et la réflexion approfondie que le chercheur y apporte peuvent créer des ponts et des liens de connexions entres les éléments qui appartiennent à des littératures et à des contextes différents qui n’étaient pas supposés, de prime abord, être parmi les axes de réflexion de la thèse. Certes, l’insertion d’une nouvelle idée dans la thèse, au vu du désordre qu’elle peut apporter, présente toujours un risque. Outre cette question organisationnelle, l’articulation entre la rédaction d’un article et celle de la thèse soulève également des enjeux éthiques.

Le doctorant, docteur ou jeune chercheur peut se retrouver face à un dilemme. Il doit exister dans le domaine universitaire de sa spécialité et, pour cela, il a besoin de visibilité. Cette dernière va de pair avec une certaine injonction à la productivité en matière de publications, communications et autres contributions scientifiques. De ce point de vue, est-il légitime de reprendre des travaux antérieurs – comme un article – et de les insérer dans la thèse ? Si la première publication est limitée à un public restreint (revue payante, spécialisée, dans une langue en particulier), une seconde publication – en ligne ou dans une autre langue, par exemple – est-elle rendue légitime par le lectorat élargi qu’elle est susceptible d’atteindre ? Enfin, quelles sont les limites de l’auto-plagiat ?

Le COMETS, comité d’éthique du CNRS, a fourni des pistes de réponses à ces questions. Le comité définit l’auto-plagiat comme une forme plutôt « complexe6 » où l’auteur se trouve comme étant « le plagiaire de ses propres travaux7 ». Le fait de reprendre les contenus de ses recherches ou de leurs résultats, qui ont été « dévoilé[s] publiquement8 » et sans citer cette antériorité, relève de l’auto-plagiat. Le comité met en avant la question éthique et l’obligation que nous avons, en tant que chercheur, d’informer nos lecteurs – qu’ils soient éditeurs ou autres – de nos publications antérieures.

Concernant la complexité de ce cas de figure de plagiat dont il est fait référence dans une sous-partie intitulée « les ambiguïtés de l’auto-plagiat9 », le comité souligne que l’évaluation de l’auto-plagiat diffère de cas en cas. De ce fait, il s’abstient de donner un avis général qui englobe toutes les disciplines. Pour ce qui est des disciplines, telle que la nôtre en Sciences Humaines et Sociales (SHS), où la publication des articles avant la thèse est obligatoire, « on ne considère pas en général la publication de résultats sous différentes formes comme de l’auto-plagiat10 ». Même si le Comité précise que le manuscrit du chercheur « peut […] être partiellement redondant avec les publications, ce qui pourrait être assimilé à de l’auto-plagiat11 », leurs conclusions nuancent les faits. D’où l’usage du terme « pratiques de duplication12 », pour évoquer le cas des chercheurs qui travaillent sur un même sujet durant leur carrière.

Toujours en prenant en considération les différentes conditions de publications, Michèle Leduc, dans son article sur le plagiat, et sous des termes plus rassurants à propos des SHS, précise que : « la publication simultanée d’un même travail dans plusieurs revues, voire dans plusieurs langues, peut être considérée comme admissible si le public visé est complètement différent et la forme modifiée pour s’adapter à chaque public13 ». Même si, à l’évidence, les frontières ne sont pas très claires et délimitées, et que les règles peuvent changer, il ne faut pas que le chercheur évite la publication de ses articles retenus et amenés à se retrouver dans sa thèse, au risque de s’auto-plagier.

Cependant, les chercheurs doivent être attentifs aux intentions qu’on peut leur attribuer comme celle de la « tromperie délibérée14 ». En fin du compte, c’est sur la bonne foi et les intentions de l’auteur que reposent principalement les critères de jugement. Une note pour préciser une publication antérieure peut éviter tout malentendu. Un pacte de connivence est créé lors de la publication et la responsabilité en incombe à son démiurge. Les raisons valables doivent être légitimées par un but qui va au-delà du remplissage du Curriculum Vitae. C’est dans l’intérêt de la science et du lecteur que doit s’orienter un pareil type de travail.

Note biographique – Anis Baghi

Doctorante en cotutelle en quatrième année de thèse à l’université de Lille et l’université de Téhéran, ma thèse en littérature comparée a pour titre : « L’engagement et l’historicité romanesque dans le roman français et persan » et est réalisée sous la direction de Fiona McIntosh-Varjabédian et de Abbâs Farhâd Nejâd. Je suis chargée de cours à l’université de Téhéran (2020-2021) et à l’université de Lille depuis 2023.

1 Emmanuel Bouju, La transcription de l’histoire. Essai sur le roman européen de la fin du XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2006.

2 Anis Baghi, « La littérature postrévolutionnaire iranienne et le réalisme islamiste comme tentative de propagande », article en cours de publication dans les actes du colloque intitulé « ‘‘Le passé qui ne veut pas passer’’: la propagande au croisement des regards multiples (langues, littératures,traduction, arts) » qui a eu lieu le 12 et 13 juin 2023 à l’Université de Haute-Alsace.

3 Hossein Hâjari, Hossein Bayât, Seied Mohsen Hosseini, Perspective de la littérature de la Révolution islamique, Centre de recherche de Seda et Sima, Téhéran, 2008, p. 386.

4 Ute Heidmann, « Différenciation, dialogisme, diversalité. Paradigmes pour un comparatisme différentiel et plurilingue », Revue de littérature comparée, vol. 376, no. 4, 2020, pp. 487-497.

5 Anis Baghi, « Côté foule, côté rue : englober la ville pour écrire et raconter l’insurrection de Mai 68 », article en cours de publication dans les actes du colloque intitulé « Écrire l’insurrection à l’époque contemporaine (XIXème – XXIème siècles) », qui a eu lieu les 16 et 17 novembre 2023 à l’Université Bretagne-Sud.

6 Michèle Leduc, Lucienne Letellier, Antoinette Molinié, Nathalie Nevejans, Jean-Gabriel Ganascia, Rémy Mosseri, « COMETS AVIS 2017-34. Réflexion éthique sur le plagiat dans la recherche scientifique », 2017, p. 2.

7 Ibid., p. 6.

8 Ibid., p. 9.

9 Ibid., p. 10.

10 Id.

11 Id.

12 Ibid., p. 9.

13 Michèle Leduc, « Du plagiat sous toutes ses formes », Raison présente, 2018/3 (N° 207), p. 25-36. p. 34 DOI : 10.3917/rpre.207.0025.

14 Michèle Leduc, Lucienne Letellier, Antoinette Molinié, Nathalie Nevejans, Jean-Gabriel Ganascia, Rémy Mosseri, « Réflexion éthique sur le plagiat dans la recherche scientifique », op.cit., p. 9.

Journée d’études normande des doctorant·e·s de la SFLGC du 27 mars 2024 : “Penser l’oubli en littérature comparée”

Lieu de l’évènement : Université de Caen Normandie

Avec le soutien des laboratoires LASLAR (Caen), CÉRÉdI (Rouen) et CELIS (Clermont-Ferrand)

Responsables scientifiques :

Oriane Chevalier (Université Clermont Auvergne)

Paolo Dias Fernandes (Université Clermont Auvergne)

Daphné Le Digarcher Doublet (Université de Caen Normandie)

Florine Lemarchand (Université de Caen Normandie)

Nina Roussel (Université de Rouen Normandie)

Lucie Tamboise (Université de Caen Normandie)

Le mercredi 27 mars 2024 s’est tenue à l’Université de Caen Normandie la journée d’études normande des doctorant·e·s de la SFLGC. Regroupant des jeunes comparatistes de Normandie et d’autres horizons, cette rencontre visait à penser l’oubli en littérature comparée autour de trois panels successifs.

Le premier panel, animé par Daphné Le Digarcher Doublet, portait sur la géographie de l’oubli. Arthur Gaté (Université de Caen Normandie) a inauguré la journée avec une réflexion sur les corps en ruines et les corps des ruines, au prisme du jeu vidéo ; Florine Lemarchand (Université de Caen Normandie) s’est quant à elle penchée sur l’oubli dans les lieux du retour ; enfin, Vincent Lemercier (Université de Rouen Normandie) a communiqué sur le motif de la boue, en s’intéressant aux corps oubliés de la tranchée.

Les jeunes comparatistes ont ensuite pu partager une pause conviviale au restaurant, durant laquelle nous avons pu prolonger nos échanges. Le second panel, animé par Florine Lemarchand, articulait deux interventions sur l’oubli comme moteur et produit de l’écriture. Alix Borgomano (Université de Strasbourg) a communiqué sur l’oubli dans l’erasure poetry tandis qu’Antoine Paris (Sorbonne-Université/Université de Montréal) a réfléchi au besoin d’oublier pour lire et écrire, à travers une analyse comparée de Clément d’Alexandrie et de Bernard Quiriny. Tout comme le panel précédent, les communications ont suscité des questions et des remarques dans le public puis nous avons pu poursuivre les échanges durant une autre pause conviviale.

Enfin, le troisième panel, animé par Lucie Tamboise, explorait les enjeux sociétaux de l’oubli. Mathilde Noëlle Mougin (Cergy Paris Université) a traité de l’oubli de la faute, à travers la communauté qui se craquelle ; Ruiyao Liu (Université Clermont Auvergne) s’est intéressée au Sanguozhi yanyi, une œuvre chinoise longtemps tombée dans l’oubli en France ; enfin, Alix Cagnion (Université Clermont Auvergne) a communiqué sur le memory editing dans la science-fiction cyberpunk, notamment à travers le cinéma. Enfin, la rencontre s’est prolongée le soir dans un moment convivial ce qui a permis de renforcer les liens entre jeunes comparatistes.

Une publication des communications, visant à valoriser les travaux des jeunes comparatistes, est prévue pour celles et ceux qui le souhaitent. Un grand merci aux participant.e.s ainsi qu’au public pour avoir contribué aux riches échanges de cette rencontre normande. Nos remerciements vont également à la SFLGC, au LASLAR, au CÉRÉdI, au CELIS et à l’ED Normandie Humanités, qui ont apporté leur soutien à cette journée d’études.

Avec le soutien de Sylvie Humbert-Mougin et d’Élodie Coutier.

Atelier des doctorant·e·s du 13 décembre 2023

« Valoriser son travail de recherche quand on est doctorant·e ou jeune chercheur·se. De la communication à l’article »

Comité d’organisation :
Mafalda Sofia Borges Soares Soares (Université Panthéon-Sorbonne, Paris I)
Solenne Guyot (Université de Strasbourg)
Laurence Riu-Comut (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Marie-Lou Solbach (Université de Lorraine)

Avec le soutien d’Élodie Coutier, Delphine Edy, Véronique Léonard-Roques,
dans le cadre de la SFLGC.

Continuer la lecture de Atelier des doctorant·e·s du 13 décembre 2023

Atelier des doctorant·e·s du 24 mai 2023

[COMPTE-RENDU EVENEMENT]

La première séance de l’atelier des doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s en Littérature comparée de la SFLGC s’est tenue en ligne le mercredi 24 mai 2023.

Continuer la lecture de Atelier des doctorant·e·s du 24 mai 2023

Rencontre doctorale du 29 novembre 2023 à Saint-Etienne

[COMPTE-RENDU EVENEMENT]

Comité d’organisation

Noémie Cadeau (Université Jean Monnet Saint-Étienne/INALCO)
Oriane Chevalier (Université Clermont Auvergne)
Paolo Dias Fernandes (Université Clermont Auvergne)

Avec le soutien d’Élodie Coutier, Delphine Edy, Véronique Léonard-Roques, dans le cadre de la SFLGC

Continuer la lecture de Rencontre doctorale du 29 novembre 2023 à Saint-Etienne

Programme de l’atelier « Valoriser son travail de recherche quand on est doctorant.e ou jeune chercheur.se. De la communication à l’article », 13 décembre 2023

Nous avons le plaisir de vous présenter le programme du prochain « atelier doc » en littérature comparée, qui se tiendra le mercredi 13 décembre 2023, en ligne (17h-19h).

Intitulé « Valoriser son travail de recherche quand on est doctorant.e ou jeune chercheur.se. De la communication à l’article », cet atelier est l’occasion de réfléchir à la manière de rédiger un article à partir d’une communication, de soumettre cet article à un comité éditorial, de recevoir et faire suite à l’expertise reçue.

[APPEL]

Nous sommes ravies de vous inviter au prochain « atelier doc » en littérature comparée. Il aura lieu le 13 décembre en ligne (17h-19h).

Intitulé « Valoriser son travail de recherche quand on est doctorant.e ou jeune chercheur.se. De la communication à l’article », cet atelier sera l’occasion de réfléchir à la manière de rédiger un article à partir d’une communication, de soumettre cet article à un comité éditorial, de recevoir et faire suite à l’expertise reçue.

Basé sur l’échange et la discussion, cet atelier peut être l’occasion pour celles et ceux qui en ont l’envie d’intervenir une dizaine de minutes sur un point de leur choix mais la participation n’est pas soumise à intervention, n’hésitez donc pas à vous inscrire si la thématique vous intéresse. Nous animerons cet atelier ensemble !

En espérant vous voir nombreux·euses, Solenne Guyot, Laurence Riu-Comut, Mafalda Soares et Marie-Lou Solbach pour le comité d’organisation, avec le soutien d’Élodie Coutier, Delphine Edy, Véronique Léonard-Roques, dans le cadre de la SFLGC.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search